Etude interne | Rétro-ARV | VIH | SNDS

Rétro-ARV est une étude qui vise à étudier l'historique des soins et des traitements des patients atteints du VIH en France. Le but est d'identifier les changements thérapeutiques au cours des dix dernières années, et de documenter le type de traitement que les patients séropositifs reçoivent ou prennent et la durée de ce traitement.


En France, environ 170 000 personnes vivent avec une infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), avec une incidence d'environ 6 000 nouveaux cas par an. En 2016, près de 74 % des personnes vivant avec le VIH étaient stabilisées, avec une charge virale contrôlée (dans cette publication <200 copies/ml). Ce pourcentage s'élève à 97 % dans la population traitée.


Une fois le succès virologique obtenu (charge virale < 50 copies/ml), une modification du traitement antirétroviral peut être utile ou nécessaire dans des circonstances et avec des objectifs différents. L'objectif est d'individualiser le traitement pour améliorer la tolérance et/ou la facilité d'administration tout en maintenant l'efficacité immunovirologique. Cela peut inclure :

  • l'amélioration de la qualité de vie du patient, par exemple en réduisant le nombre de doses et/ou de comprimés pris,

  • corriger ou prévenir les effets indésirables, y compris les effets cardiovasculaires, métaboliques, rénaux ou squelettiques,

  • corriger ou prévenir les interactions médicamenteuses, en particulier lorsqu'un nouveau médicament est introduit.

L'étude RétroARV a couvert 1258 personnes, ce qui représente une prévalence globale estimée à 128 000 cas. La proportion hommes-femmes était de 69%, une proportion conforme au "Cours des Comptes" français, qui indique qu'en 2017, les hommes représentaient 66% des découvertes de séropositivité, une proportion qui est restée stable depuis 2010.


Le rôle de Sanoïa : Sanoïa a conçu et réalisé cette étude basée sur l'EGB (l'échantillon généraliste des bénéficiaires de l'assurance maladie) afin d'évaluer la durée du dernier traitement antirétroviral remboursé et de décrire en particulier le pourcentage de personnes qui ont eu un soulagement thérapeutique.